Fermer

Le nouveau Gruuthusemuseum en résumé

7 mai 2019

Le nouveau Gruuthusemuseum raconte l’histoire de Bruges sur base de centaines d’objets historiques. Trois périodes sont commentées.

Lodewijk-van-Gruuthuse
Longread 19de eeuw glasraam Dobbelaere foto Dominique Provost

Le Moyen Âge

Au Moyen Âge, Bruges était une plaque tournante du commerce international. La ville représentait un substrat idéal pour les artisans et les artistes. Ils avaient l’occasion de viser le raffinement et la perfection au service de demandeurs tels que la cour de Bourgogne et ses nombreux réseaux. Cette situation se reflète aussi dans la présentation de la collection. De très nombreuses pièces importantes peuvent être admirées : la statue de Philippe le Bon en Saint-Georges, les vitraux de l’Hôtel de Ville et de la chapelle de la guilde des peintres et vitriers, des tapisseries murales, des tableaux, des pièces de mobilier. Mais il y a aussi de petits bijoux raffinés, des jouets moyenâgeux ou des épingles à cheveux en ivoire, qui témoignent de la richesse de la culture à cette époque.

Longread 18de eeuw porseleinen kan XXI O 1659 foto Dominique Provost

Les 17ème et 18ème siècles

Si Bruges étaient une métropole au Moyen Âge, la production et la recherche de produits raffinés ne se sont pas interrompus pour autant au cours des 17ème et 18ème siècles, bien au contraire. La découverte du Nouveau Monde inonde le marché de nouveaux produits exotiques, tels que le chocolat, le café et le tabac. Ces produits exigent la fabrication de nouveaux ustensiles, tels que les couverts, les tasses en porcelaine, les pichets en argent, … Un autre donneur d’ordre important en cette période de Contre-Réforme est l’Église. Dans sa lutte contre le protestantisme, l’Église tient à souligner matériellement sa puissance. Il en résulte les fastes somptueux du baroque : des boiseries richement décorées, telles que des armoires, des bancs de communion, mais aussi des calices finement ciselés.

Longread Gruuthuse foto Jan DHondt

Le 19ème siècle

À la fin du 19ème siècle, les compétences professionnelles hautement qualitatives du Moyen Âge constituent une source d’inspiration pour le mouvement néogothique. La production artistique et culturelle d’antan est considérée comme étant un grand exemple. La ‘Société Archéologique de Bruges’ de l’époque est à la base du Gruuthusemuseum, tel que nous le connaissons aujourd’hui. Elle encourage la ville à acquérir le Palais Gruuthuse, afin de pouvoir y installer son musée. Le bâtiment étant en mauvais état, l’architecte Louis Delacenserie est chargé de sa restauration. Il preste un travail approfondi, selon les principes néogothiques. La restauration d’aujourd’hui tient largement compte des travaux de Delacenserie.

Longread plafond Gruuthusepalei foto Jan DHondt

Un nouveau parcours muséal

Le hall d’entrée majestueux du palais municipal rénové donne d’emblée le ton pour la visite du nouveau Gruuthusemuseum. Des couleurs néogothiques chaudes et riches, un plafond sculpté du 19ème siècle et la tapisserie murale imposante ‘Les Sept Arts libéraux’, une pièce maîtresse de la précieuse collection de tapisseries murales, vous souhaitent la bienvenue et vous guident vers la première salle.

C’est là que le musée vous permet de découvrir l’architecture du palais. Une table aux formes subtiles trône au centre de la salle, un concept qui revient dans les salles suivantes, cadrant dans le caractère des pièces d’habitation du palais municipal.

Une maquette impressionnante du palais et l’animation qui flanque cette dernière focalisent l’attention sur deux autres fers de lance de la nouvelle approche. Tout d’abord, l’attention portée à l’élément tactile, avec des ‘stations tactiles’ destinées aux personnes frappées d’un handicap visuel, ainsi que l’intégration appropriée du multimédia, qui vient enrichir l’histoire de base.

Les nombreux escaliers (en colimaçon) et l’enchaînement de salles richement décorées et sobres, de grandes et petites salles, font de ce parcours à travers le musée un voyage d’exploration passionnant. Vous y marchez dans les traces des nombreux habitants et utilisateurs précédents de cet immeuble historique, ce qui titille votre imagination et vous offre un accès direct au passé.

Le grenier est devenu le Studio+
Le Studio+ n’est pas une salle de musée classique. Installez-vous dans les fauteuils confortables ou jouissez de la vue imprenable sur la cité. La bibliothèque vous invite à farfouiller dans des livres d’histoire, des BD qui ont Bruges pour protagoniste ou des guides touristiques qui vous invitent à découvrir des recoins inconnus de la ville. Le Studio+ est l’endroit idéal pour se reposer un instant ou bavarder tranquillement avec d’autres visiteurs.

C’est aussi la salle que le musée a choisie pour implanter ses trajets participatifs. Cette salle constitue le lien avec la ville d’aujourd’hui. Pour le premier trajet, Musea Brugge a invité un groupe de jeunes à venir observer le patrimoine de leurs propres yeux en compagnie de quatre artistes. Quelle signification donnent-ils à la collection ? Le projet a été baptisé ‘Paleisje Pimpen’. Vous pouvez admirer ici le résultat du processus créatif de ces jeunes.

Longread plaquette Lodewijk X 1974 0054

Louis de Gruuthuse et sa devise ‘Plus est en vous’ en guise de point de départ central

Librement traduit : ‘vous pouvez toujours vous dépasser’. Plus est en vous est la devise la plus connue de Louis de Gruuthuse. Le diplomate bourguignon et maître d’ouvrage de ce palais occupe une place de choix dans le musée. Son portrait peut y être admiré et sa devise constitue le fil conducteur à travers les trois époques qui forment la structure de l’exposition. Plus est en vous s’applique à chaque pièce de collection dans la nouvelle présentation du musée. Cette assertion cache bien davantage que ce qu’on pourrait imaginer de prime abord. Chaque objet est en effet porteur de récits concernant sa naissance ou le contexte dans lequel il a été fabriqué ou utilisé.